mardi, février 24, 2009

« Toute la paysannerie française avait façonné des paysages superbes... »

.
« Toute la paysannerie française avait façonné des paysages superbes. On est en train de les détruire. »

Michel Serres dans une interview au Journal du dimanche.


Emporté par ses préjugés politiques il fustige les dirigeants actuels. La destruction des paysages n'est pas nouvelle. Mais cette phrase était si belle... comme ce rappel de nos ancêtres du Néolithique, eux qui les premiers observèrent les plantes, osèrent les semis, apprirent à sélectionner les blés sauvages.

Quelques gestes il y a des milliers d'années et le monde en fut bouleversé. Aux cueillettes sauvages succédèrent les cultures. Lentement, au rythme des longues migrations humaines.
.

5 commentaires:

Elisabeth.b a dit…

L'article du JDD : ici

Jean Pierre J. a dit…

Où Michel Serres a t'il pris que la paysannerie française avait façonné des paysages superbes? Les collines dénudées par la vigne dans le Lot au début du 20°siècle, les champs de betteraves du Sud du Pas de Calais, la végétation méditerranéenne rongée par les troupeaux, les montagnes déforestées et reboisées difficilement ensuite, les tourbières asséchées progressivement ?
Opinion un peu rapide tout de même.
Ah que la paysannerie était belle alors, mais que le travail était dur...dans les années 50 par exemple, à la seule main d'homme parfois.
J'aime bien Michel Serres pourtant, mais je ne peux le suivre là ...Mon voisin paysan travaille encore, mais il a moins de mal, et des loisirs.Et chez nous le paysage qu'il entretient est encore superbe..Alors, pas de généralisation rapide...

Elisabeth.b a dit…

Il... généralise beaucoup dans cette interview. Mais il y a eu beaucoup de paysage superbes. Et il en subsiste. Une architecture (je suis indulgente) anarchique a aussi beaucoup détruit. Cette rage du pavillonaire qui ne respecte aucune unité. Le chalet suisse dans les Pyrénées, la maison normande dans le Quercy... Une multitude de petites horreurs qu'une réglementation eût suffit à éviter.
Les paysages de champs et de collines sont une merveille. Mais je regrette les prairies fleuries. Elles deviennent rares dans cette partie de l'Europe.

Oui, il y a même des sottises dans cette interview. Mais cette phrase... J'ai toute sorte d'images en la lisant. De lieux aimés.

Donna a dit…

Les paysans javanais, balinais -chinois aussi sans doute -ont aussi façonné des paysages superbes.

Le paysage est le plus souvent le fruit du travail humain.

La déprise paysanne façonne d'autres paysages; dans les garrigues de l'Hérault, que les troupeaux ne parcourent plus guère, la forêt repousse, le chêne "blanc" (pas l'yeuse, le chêne vert) revient, les paysages se "ferment".

J'aime bien Michel Serres, moi aussi; c'est vrai que l'urbanisation "horizontale", les lotissements, font beaucoup de dégats. Dans le Quercy, les maisons sont plutôt néo-quercynoises (dieu merci, je crois que les néo-pigeonniers sont interdits), et certains, tablant sans doute sur le réchauffement climatique, rajoutent un olivier.

Pas de pays sans paysans :-)

Alti a dit…

"Pas de pays sans paysans"
Voilà qui est bien vrai.
Je rajoute : pas de jardins sans jardiniers.
Dans certains endroit, ce sont les jardiners qui ont remplacé les paysans.
Je pense par exemple à l'abbaye cistercienne de Boschaud, à Villars (24).
Les cisterciens du moyen-age furent de grands architectes des paysages par un travail acharnés dans des vallées quelques peu "austeres". Aujourd'hui, des jardiniers sont là pour reprendre le flambeau.
Ainsi, vous connaissez certainnement la manifestation "rendez-vous aux jardins", à Boschaud, cette année, ce sont les ruines qui serviront d'ecrin à une présentation de l'art topiaire. Comme une espece de praxis de l'espace.
Vous trouverez sur http://altitude260.com une présentation de l'événement.
Par ailleurs, je vous informe que nous sommes maintenant plusieurs à vouloir s'organiser pour une rencontre le 7 juin, à Boschaud, autour de chips et de saucisson.
On compte sur vous ?
Je vous souhaite une bonne journée.
Alti