vendredi, juillet 11, 2008

Le térébinthe, Pistacia terebinthus

.

Photos : greffer.net * .

...
Pour Michèle, qui sait poser des questions comme on invite au voyage.
C'est un petit arbre présent dans tout le bassin méditerranéen ** : térébinthe, pistachier térébinthe, turpentine tree ou terebinth anglais, tremithia de Chypre. Il dépasse rarement 5 mètres de hauteur. Naturellement il aime les sols secs et le soleil de ses terres d'origine. Sa croissance est lente. Son écorce est gris pâle. Sa floraison: des dégradés de beige rosé avant les grappes pourpres qui se transformeront en fruits.
En incisant son écorce on recueille une résine transparente couleur d'eau. Celle de Chypre est renommée, et citée depuis des temps anciens. Dioscoride en parlerait... non, je n'ai pas vérifié. Une information à prendre avec des pincettes. La térébenthine peut être obtenue à partir d'autres essences. C'est son nom qui précise leur origine géographique ou végétale : . « Térébenthine de Hongrie; fournie par le pinus sylicstris. Térébenthine de Judée; liquide blanchâtre, un peu opaque, d'une couleur verte ou jaune , d'une saveur amère et acre, d'une odeur forte et aromatique. Elle découle de l'amyris opobalsamum. Térébenthine du mélèze. Térébenthine du sapin. Térébenthine de Strasbourg. (...)» . Extrait du ' Dictionnaire des termes de médecine, chirurgie, art vétérinaire' de Louis Jacques Bégin. Publié en 1823. . . Ouvrages botaniques, traités de médecine ou de commerce, les références sont nombreuses : . « Il y a une autre huile tirée de la réfine du mélefe , du fapin, ou du térébinthe qui croît dans l'ifle de Chypre ; on l'appelle huile de térébenthine. Elle eft encore fore bonne à retoucher les tableaux , Se principalement pour mêler avec l'outremer Se les émaux, parce qu'elle fert à les étendre & qu'elle s'évapore auffi-tôt. Lorfqu'on, ufe de cette derniere, il n'eft pas nécef- faire de mêler beaucoup d'autre huile dans les couleurs avec celle- ci , parce qu'elles ne ferviroient qu'à la faire jaunir. »
.
Roger de Piles. Publié en 1767. . Le soin porté à la récolte est déterminant : .
«La maniere de recueillir la térébenthine fait qu'il y en a à Chypre de deux efpeces : la premiere & la meilleure eft celle que l'on a par le moyen d'une incifion faite dans le térébinthe : elle en fort en larmes limpides & brillantes que l'on recueille dans les matinées d'été. La feconde efpece eft celle qui en coulant jufqu'à terre , n'a pas la même pureté & eft par conféquent inférieure à -la premiere. On renferme la térébenthine dans des vafes de terre d'environ vingt livres chacun. !!• faut prendre garde ici de fe laifler tromper ; à la premiere ouverture de ces vafes on croit voir la térébenthine de la premiere efpece , mais il arrive que [...] »
.
Voyages dans l'isle de Chypre, la Syrie et la Palestine, Giovanni Mariti, François Belin. Publié en 1791. .
.Le térébinthe, arbre odorant, dont on trouve trace dans les textes les plus anciens. Lui qui abattu possède, comme le chêne, une souche dont peut sortir une nouvelle vie. .
. ___________ . * Le site greffer.net , qui m'a gentiment autorisée à reproduire les photos du térébinthe, est réservé aux passionnés du greffage. Echange de savoir, questions, informations, découvertes. Les jardiniers savent l'importance d'un porte-greffe. Au point que certains pépinièristes le mentionnent, conseillant l'un plutôt que l'autre en fonction du terrain.
.
** Mais pas exclusivement : voir le commentaire de Donna
.
Penser à cliquer sur chaque image pour la voir agrandie.
...

5 commentaires:

Donna a dit…

bonjour,
C'est un (petit) arbre méditerranéen, mais pas seulement : si vous venez sur mon causse du Quercy, je vous en montrerai quelques stations: toujours en zone rocheuse et bien exposé au sud.
Je n'en ai pas encore dans mon jardin; je n'ai que de (minuscules) pistachiers lentisques, qui eux sont persistants.

Je ne sais pas sur lesquels, sans doute les pistachiers lentisques, on trouve des galles ravissantes, d'un beau rose fluo, en forme de... bananes, grand nez ? Pierre Lieutaghi en parle, bien entendu, dans "Le livre des arbres, arbustes et arbrisseaux".

Elisabeth.b a dit…

Oh si je viens un jour sur votre causse, je serai heureuse de vous saluer.
J'ai trouvé une image de ces galles, sur le site de Jean Tosti. Elles n'ont pas encore la couleur voulue. Oui, ce sont celles d'un pistachier térébinthe.

Ah ce livre... il est dans l'extravagante liste d'ouvrages dont j'ai envie. Mais je tâche d'être raisonnable : vu mes tendances, quelle prétention!

Elisabeth.b a dit…

On me signale une page très bien faite sur le site d'une école primaire du Vaucluse. Une idée à retenir : une carte où sont soigneusement répertoriés les térébinthes du village. Par Julia P. auteur de l'article ?

Le site a vraiment du charme. Les enfants qui réalisent la fiche d'un arbre posent devant l'objet de leur étude. Oh j'aime beaucoup.
Petit Pierre et grande aubépine, enthousiasme de Clélia "La fécondation du figuier est tout-à-fait extraordinaire ! ", on ne se lasse pas à parcourir leurs textes.

Elisabeth.b a dit…

En août 2010, un article sur le blog de Donna : ici

Anonyme a dit…

good points and the details are more specific than somewhere else, thanks.

- Thomas