jeudi, octobre 12, 2006

Les Jardins de Métis


Merci à Mélanie Gauthier, des Jardins de Métis, qui m'a envoyé ces photos et m'a autorisée à les publier.

La Mitis, c'est une rivière qui rejoint le Saint-Laurent. À l'endroit même où leurs eaux se mêlent, ces jardins. Ceux qui les ont visités en disent la splendeur. Domaine objet de mille soins, art délicat d'un paysage que pensa d'abord une femme. Tout autour les forêts, le fleuve, la rivière. Beauté née de ce contraste.

Nous sommes au Québec, juste à l'entrée de la Gaspésie. Retenez ce mot, pour sa sonorité. En France nous avons oublié ceux de nos régions, de nos provinces. Ceux qui portaient en eux tout un monde.

À l'origine, ces terres étaient une seigneurie. Depuis le XVIIème siècle. Ventes, successions, ce n'est qu'en 1919 qu'Elsie Maighen Reford héritera du domaine. Elle y fera éclore des espèces que nul n'avait songé à apprivoiser. Elle était aussi une naturaliste reconnue. Et une voyageuse qui rapportait des plantes, apprenait à les acclimater.

Audacieuse ? Oui. Songez à la rudesse du climat. Il faudrait plus que les hivers canadiens pour décourager femme déterminée. Mais que de patience, que d'observations avant de faire fleurir certaines variétés. Parmi elles, ce pavot au coloris rare, le pavot bleu de l'Himalaya, Meconopsis betonicifolia. Sa germination est difficile. Et si vous souhaitez l'inviter au jardin, préférez les plants aux semis. Ce n'est qu'une indication, l'aventure peut tenter.
Les Jardins de Métis. Car il y en a plusieurs. Déjà en 1953 ils figuraient au livre des plus beaux jardins du monde*. Pourtant ils faillirent être fermés. Mais c'était sans compter avec l'obstination et la belle passion de la population locale, de quelques descendants de la famille Reford et d'une association venue les rejoindre. Les Amis des Jardins de Métis étaient nés.

Ils n'ont cessé de mettre en valeur ces terres d'entre les fleuves.
N'imaginez pas qu'elles ne soient que pieuse conservation d'un décor passé. Ce serait si contraire au génie d'Elsie Reford. Quand fidélité n'est que trahison... Non, il n'en est rien.

Et lorsque revient l'été, Métis accueille le Festival international de jardin. Des créateurs contemporains y proposent d'éphémères espaces. Cette année certains ont suivi le thème de l’éveil des sens. Magie de l'ouïe, de l'odorat, de la vue et du toucher.

Les jardins... en attendant de vous y promener, rêvez un peu. Écoutez comme ils se nomment : jardin du ruisseau, jardin des pavots bleus, l'allée des azalées, le jardin des mousses. Plus loin l'allée royale, le jardin des pommetiers, l'allée des gentianes... non, ce n'est pas fini.
Pour en savoir plus : le site des Jardins de Métis. Pour voir en plus grand format le pavot bleu et la vasque où flotte une fleur rouge, il suffit d'un clic sur les images.

Elsie Reford, sa vie, son jardin : c'est une émission promenade de Radio Canada. Et un hommage à une femme remarquable, qui était aussi musicienne. Pour écouter : un clic sur la photo.
* ▲ Beautiful gardens of the world, de Robert Jackson ( Evans Brothers Ltd).

3 commentaires:

Marianne a dit…

Il y a des livres sur ces jardins ?
En français ? Merci.

Elisabeth.b a dit…

Oui, je recherche les références exactes...

Marianne a dit…

J'ai lu. Merci. Ils ont l'air beaux ces livres.