mercredi, septembre 09, 2009

Graines de mémoire : Phet Cheng Suor expose au Jardin botanique de Meise

Photos choisies par le Jardin botanique national de Belgique.

Jusqu'au 18 octobre 2009
.

Après Osaka, Washington, Vienne et Paris, c'est Meise qui a accueilli les œuvres de cette artiste. Commencée au printemps, l'exposition s'achèvera avec l'automne.
Présentation du Jardin botanique :

«Fragile, flamboyant, ascétique...

Riche de sa formation en peinture, gravure et reliure effectuée à Paris, Phet Cheng Suor chemine dans la nature, l’esprit ouvert. La silhouette d’un arbre l’interpelle, une corolle ou un fruit. La cueillette, confiée à une marmite, infuse et mijote selon des recettes très personnelles, puis l’oeuvre traverse un tamis, le temps opère... : l’organique se transforme en livre végétal ou en tableau de papier. L’ajout parfois de teintures engendre des ″vitraux végétaux″ somptueux, où la lumière sublime la fragile transparence des fleurs de bougainvillées ou des feuilles de bambou, transfigurées par la flamboyance des couleurs. Plus ascétiques, ″les habits de passage″ en écorce et pâtes à papier végétales, les ″K″, kamikos de papier habillent, de leurs pleins et de leurs vides, comme une seconde peau, l’existence aérienne et désincarnée d’un être de passage. Et Icare, le mobile aux sombres feuilles de magnolias attire le regard et l’esprit par sa verticalité harmonieuse et la sereine spiritualité qui s’en dégage.

Histoire d’une rencontre

« J’ai été gourmande et curieuse de toute la richesse des formes, des matières, des couleurs, des histoires végétales que m’a offert la découverte du Jardin botanique national de Belgique. Je me suis sentie un peu perdue, submergée. Puis, petit à petit, j’ai trouvé le chemin du Jardin médicinal. J’ai commencé alors à imaginer des êtres-écorces, chamans ou guérisseurs. M'est apparu ensuite lechemin du Palais des Plantes, réminiscence du verger de mes grands-parents au Cambodge, de ses fruits étranges, piquants, mystérieux.Enfin s’est fait jour un lien avec la Chine et sa médecine à travers la mystique du Tao et du Yi-King, le livre des mutations. Au fil des saisons, au Jardin botanique, j’ai trouvé sur mon chemin des graines de mémoire, une mémoire des sens, celle de mon enfance au Cambodge, et une mémoire spirituelle, celle de mes origines chinoises et qui ont ensuite germé dans mon imaginaire », sourit Phet Cheng Suor.

Des oeuvres originales pour le Jardin botanique
.
Phet Cheng Suor offre en outre aux visiteurs plusieurs créations originales, inspirées par les 18.000 espèces végétales du monde entier du Jardin botanique. Ainsi, le Kimono-Plantes, orné de 100 sachets de plantes médicinales, cueillies par l’artiste dans le Jardin puis métamorphosées de sa main. L’être guérisseur accompagne un chaman, le Kimono-Graines. Il porte 100 sachets de graines de lettres, chacun abritant le nom latin. »

Le 27 septembre, à 14 h et 16 h, Phet Cheng Suor guidera elle-même les visiteurs. Elle leur expliquera sa démarche artistique et dévoilera quelques-unes de ses techniques..
Toutes les informations pratiques sont indiquées sur le site du Jardin botanique national de Belgique, Nationale Plantentuin van België. Sur cette page.

.
_______________
.
Source de l'information : le blog main tenant


.
.

2 commentaires:

Mlle d'enfer(t) a dit…

Le temps passe vite... et la musique m'entraîne loin de ces jardins botaniques qui abritent une autre forme d'art. Zut!

Elisabeth.b a dit…

Oh pas le temps ? Et moi qui anticipe les saisons en vous faisant écouter « Flocons tourbillonnants sur la verdeur des aiguilles de pins ». Je suis confuse !
Vite Tchaïkovsky et son Chant d'automne.