mercredi, août 19, 2009

Hêtres pris au mot en forêt des Chaux

. Merci à Bernard Girard pour ses photos *. .

Un charme fou n'est pas un arbre extravagant. Le pin quotidien est une réalité landaise et non un souci universel. Et comme tous les soucis ne sont pas des fleurs... Les homonymes sont des mots espiègles. Un certain nombre d'entre eux se promène dans les bois et les jardins.

C'est là que des étudiants étrangers ont été invités à se jouer de leurs tours, tout en apprenant le nom français des arbres. Au cours d'un stage, une journée en forêt. À l'initiative de cette promenade studieuse : le Centre de Linguistique Appliquée de Besançon.

Ces jeunes gens venaient de trente pays différents. En forêt de Chaux le français a chanté de tant d'accents. ... Homophones, homographes et végétaux : une leçon de botanique, de vocabulaire et de grammaire sous les arbres. Une idée à retenir. .
.
_____________.


* Bernard Girad qui a si rapidement et si gentiment répondu à ma demande (mes photos sont faites pour voyager) a écrit plusieurs articles sur un site à découvrir : Racines comtoises

Source : Le Progrès de Lyon : « Quand la forêt de Chaux devient une leçon de français». Un article de Bruno David ( 14 août ).

6 commentaires:

JEA a dit…

Un mot d'elle de billet !!!

claire a dit…

cette promenade me plairait
vraiment, elle me donnerait du rose aux joues ;-)

Elisabeth.b a dit…

En forêt le rose églantine s'impose.

(Extrait de Mode des quatre saisons, Encycloplédie improbable du XXe siècle, chapitre XV)

claire a dit…

Malheureusement je n'en vois pas bcp en forêt de Soignes (près de Bruxelles)l'encyclopédie porte bien son nom ;-)

Mlle d'enfer(t) a dit…

Les arbres sont donc farceurs (et poètes)!

Elisabeth.b a dit…

Et ils accueillent des musiciens appelés oiseaux !