samedi, juillet 14, 2007

Dans la nuit qui précéda le 14 juillet 1940... fleurs de l'Histoire

Marguerites, bleuets, coquelicots. J'avais écrit ces lignes pour Guitl. Aujourd'hui je pense à ces femmes et ces hommes qui dirent non. À ce geste, une nuit. Ne pas se fier à la simplicité des fleurs des champs. Porteuses d'espoir.

Ceux qui dirent non. Dans la campagne, sur de petites routes, on a marqué l'endroit où certains furent fusillés. Noms sur une pierre. Autour les bois. Et la splendeur de l'été. Dates sur une pierre. Elles me disent quelle saison...

 
J'aurais aimé déposer pour eux un de ces précieux bouquets. Coquelicots, marguerites, mais bleuets introuvables. Quel bleu peut les remplacer ? Bleuet, marguerite, coquelicot Centaurea cyanus, Leucanthemum vulgare, Papaver rhoeas Trois couleurs
...

4 commentaires:

Jean Pierre Jacob a dit…

La Chicorée sauvage, Cichorium intybus est une plante modeste, certes, mais répandue le long de toutes les routes de France. Et son bleu clair peut fort bien convenir pour remplacer le bleuet.

mirza a dit…

Ah, maintenant du coup je sais pourquoi en Provence on fête (théoriquement) la Saint Eloi et pas la fête nationale : le 14 juillet il n'y a plus de coquelicots depuis longtemps !!

;-)

Elisabeth.b a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Elisabeth.b a dit…

Un lien qui ne s'affichait pas correctement...

La Chicorée sauvage, oui. Merci. Je cherchais une fleur simple comme elle. Et courante dans toute la France.

Saint-Eloi aurait chippé le 14 juillet ? Ce n'est pas très républicain voyons. Le bon roi Dagobert lui aura mis la tête à l'envers

♪♪♪